Buenos Aires au rythme du Tango

Après nos 20h de vol et d’escales, nous voici à Buesnos Aires. Nous rejoignons le quartier de Retiro en taxi. 40 minutes de trajet. Fenêtres ouvertes. L’air est agréable et respirable. 25°. Il est près de 18h. Il fait jour, encore jusqu’à 20h. Les premiers mots échangés avec le chauffeur, nous rappelle notre prochain défi : apprendre l’espagnol.
Le centre ville. Augustina est là pour nous accueillir. Son studio Airbnb, situé dans la Calle Paraguay, au 10ème étage d’un immeuble des années 70, est modeste et fonctionnel. Décoration banale. Le temps de nous installer, prendre une douche et nous voilà déjà dans les ruelles de ce joli quartier, très animé.

Stéphane rêve de bonne viande grillé depuis le Che, excellentissime restaurant argentin à Johannesburg. Un bon moment. Le choix est rapide. Le restaurant Santos Manjares, (Paraguay 930) juste à la sortie de notre immeuble, est plutôt bien noté avec un très bon rapport qualité/prix. Nous nous régalons. La viande est bonne. C’est une ancienne végétarienne qui vous le dit. Stéphane est aux anges (entre 500 et 600 pesos/plat = 10 euros).

Balade nocturne digestive vers l’Obélisque, trônant au milieu de L’Avenida du 9 de Julio. Il est éclairé d’une douce lumière mauve. Les grosses lettres végétales B et A sont à peine visibles.

J1- Quartier Retiro.
Allez je vous mets dans l’ambiance ! Découvrez la ville sous une musique de Tango (enregistrements lors d’un spéctatcle de Tango au centre culturel)

Danse de Tango 1

L’Obelico de jour. Cet icône de Buenos Aires, construit en 1936, trône au milieu de l’Avenida du 9 de junio, sur ses 26 m de haut. Elle symbole les 400 ans de la fondation de la ville. Cette œuvre, de l’architecte-créateur, Alberto Prebisch, fut très controversée à l’époque. Aujourd’hui elle est complètement intégrée dans le paysage.

Guitaristes de rue

Puis nous décidons de faire « quartier libre ». Le temps est couvert.

Puis c’est la balade vers le quartier de Retiro. Quelques églises au passage comme l’Iglesa Conced. La ville semble déjà très animée sur l’Avenida Corrieres. Il est 11h.
Puis l’arrivée sur la Plaza Mayo, avec la Casa Rosada, siège actuel du gouvernement.
La Plaza Mayo est le symbole de la Révolution de 1811 et de l’indépendance de l ‘Argentine face à l’Espagne, en 1816. Le musée historique Cabildo y Revolucion Mayo enretrace l’histoire (gratuit).

La place est également connue pour ses défilés revendicatifs. Plus particulièrement celle des Mères de la Place de Mai, qui réclament la vérité sur les desaparecidos, leurs enfants disparus durant la dictature militaire entre 1976 et 1983.
On estime que 30 000 jeunes adultes et adolescents ont disparu sans que les corps aient été retrouvés, et que 500 enfants ont été volés (ce qui constitue le combat des Grands-Mères de la Place de Mai).

Il commence à pleuvoir. Il fait 19 degrés.
Je fais une halte au Café Pertutti avec vue sur le Palaco de Gobierno de la Ciudad.

Des forces sont reprises pour le passage de la belle Galeria Guemes et ses boutiques, à quelques centaines de mètres de là. J’observe les superbes entrées d’ascenseurs vers les étages et découvre la plateforme du 14ème étage, avec vue panoramique sur Buenos Aires.Les retrouvailles en fin d’après midi et en échangeant sur nos virées mutuelles, nous nous rendons compte que nous sommes pratiquement passés dans les mêmes endroits.

Musique de Tango 1

J2Quartiers Recoleto et Palermo Soho.
Une carte de métro est achetée et rechargée (trajet/20 pesos=30 cents d’euros. Plusieurs personnes peuvent utiliser la même carte).

Sortie de Métro Las Héras. Un grand bâtiment ancien nous interpelle. Il s’agit de la Faculté des Sciences et des Technologie. Une petite exposition est installée dans le hall d’accueil et présente quelques inventions qui ont marqué l’histoire.

Puis direction le Cimetière de Recoleto où sont enterrés des célébrités. Caveaux et statues se succèdent dans un silence de marbre. De vrais palais en miniatures. Allées étroites. Dégradés de gris. Peu de  fleurs.

La tombe d’Eva Peron est trouvée. Petite et discrète.

Qui est Eva Peron ?

Réponse dans les commentaires. Quelques lignes suffiront. Qui veut bien jouer le jeu ?

« Eva Peron : actrice et première dame d’Argentine morte très jeune à 33 ans » merci Anita ! Ma soeur est trop forte ! Elle a répondu la première.

Puis un café est pris au Café Biela, face au cimetière. Que des personnes âgées. On se croirait dans une maison de retraite. Je me souviens alors avoir lu quelque part que ce quartier a bien vieilli. Peut être à cause du cimetière ?


Palermo Soho

Au passage, un arrêt est fait vers la Plaza Nacione Unida où trône la Floralis Generica. Œuvre de l’architecte Eduardo Catalano. Mis en service en 2002. Les 23 mètres de haut et les 18 tonnes en acier, impressionnent. Chaque pétale pèse 3 500 kg. C’est la 1ère œuvre en mouvement, aussi complexe, dans le pays. La fleur s’ouvre aux 1ers rayons du soleil et se referment au coucher du soleil. Romantique non ? J’adore cette fleur.

Musique de Tango 2

Nous croisons ces danseurs de Tango. Une belle pause musicale…

El Museo de Arte Latinoamericano de Buenos Aires, le MALBA

Les oeuvres de la présente exposition sont interactives. Comme cette piscine, La Pileta, de Leandro Erlich ou ces créations au crochet, avec bas et fils, d’Ernesto Neto, sont un amusement et réveillent l’enfant qui sommeille en chacun de nous. L’œuvre se vit de l’intérieur et les artistes invitent le visiteur à être acteur et non simple observateur. Les rires fussent, les gens s’amusent.

A l’étage en dessous, l’exposition permanente avec plus de 200 artistes latino-américains comme Barradas Rafael, Covarrubias Miguel, Joachim Torres Garcia, Claudio Tozzi,…

Nous longeons le Jardin japonais, le Jardin Botanica et l’Ecoparque dans le quartier du Palermo chic.

Déjeuner et dîner au restaurant Dandy.

J3Quartiers Puerto Madeiro et La Boca

Nous sommes jeudi. Jour de manifestation des mères de la place de mai. Nous sommes retournés à la plaza de Mayo, devant la Casa Rosada. Les mères étaient là et c’était émouvant de les voir tourner sur la place et de les entendre réciter les noms des enfants disparus.  

Un peu plus loin, une autre manifestation, celle du personnel soignant.

Puis nous longeons le bord de mer, et sommes dans le quartier Puerto Madeiro.Les quais sont bien aménagés. La balade est reposante, avec la vue de l’eau, posée là comme une peinture.

Nous traversons le Puerte de la Mujer, de l’architecte espagnol Santiago Calatrava. Un pont piétonnier, avec un design très moderne.

Enfin, nous pénétrons dans le Quartier de La Boca

L’Usina del Arte, de style florentin avec ses briques apparentes , est l’œuvre de Juan Chiogna. Ancienne centrale électrique, réaménagée en Centre multidisciplinaire. Expositions d’arts, spectacles en tout genre se succèdent.

Plus loin, le stade de football, L’Estadio Alberto J. Armando est surnommé : la Bombonera (la boîte à bonbons) avec ses couleurs bleu et jaune.

Toujours La Boca. Nous empruntons ses multiples ruelles avec ses maisons aux graffitis et façades colorées.

La fameuse et touristique rue Caminito, avec ses marchands, restaurants et plus loin le marché de l’artisanat.

Nous faisons une halte à la fondation Proa et prenons un café sur la terrasse panoramique.

Un peu plus loin Stéphane en profite pour se faire une beauté : tailler la barbe et se raser le crâne.

18 km dans les pattes. Ca creuse. Un repas est préparé. Nous mourons de faim. Un must dans la vie des couples baroudeurs à petits budgets : spaghettis, sauce tomates et œufs  durs, mais accompagnés d’un vin rouge argentin, un Malbec (150 pesos = 2,5 euros).

J4Le Théâtre Colon, meilleure acoustique au monde ?

Il aura fallu 20 ans pour le construire. Trois architectes se sont succédés. Le 1er italien, Tamburini, meurt d’épuisement au bout d’un an, le 2ème , également italien nommé Meano est assassiné par l’amant de sa femme et le 3ème belge, fini les travaux en 1908. Inspirée du théâtre Garnier, à Paris.La visite guidée commence par le foyer. La coupole est composée de 8 muses, illustrant les danses antiques. Marbres, mosaïques, cristal…sont importés d’Europe, principalement d’Italie, du Portugal et de France. Il aura fallu 4 ans pour poser les mosaïques au sol (Marbre jaune de Sienne).

Après l’escalier en marbre de Carrare, Puis c’est la découverte de la salle des bustes, avec les grands musiciens comme Mozart, Verdi, Rossini, Berlioz,…

Un peu plus loin, nous arrivons dans une superbe salle appelée le « Petit palais de Versailles » avec ses dorures et lustres, d’une richesse infinie.

Puis c’est la loge, l’aperçu sur la scène. 2700 places. 1908.

La plupart des décors, accessoires, costumes, éléments scénographiques sont construits dans le même bâtiment du Théâtre Colon.

Certains sont d’accord pour dire que le théâtre Colon possède la meilleure acoustique au monde. En tout cas, nous avons visités beaucoup de théâtres est celui ci nous a le plus impressionné de par sa taille et sa décoration. Je ne peux que conseillé de participer à une représentation, ballet ou pièce de théâtre.
Visite du théâtre en anglais : 1000 pesos argentins/pers = 16 euros !

L’après-midi nous le passerons à flâner sur la commerçante Avenida Sante Fe

Chanteur de Tango 1

Soirée au Centro Culturel Burges pour assister à un spectacle de Tango. Les photos sont interdites. J’ai tout de même réussi à prendre du son discrètement.

Musique de Tango 3

1 h20 de danses, chants, musique. Ils sont 8 danseurs. Leurs corps s’accordent sur des rythmes sensuels et langoureux. Les pas sont rapides, les jambes se balancent, les corps se cambrent, sous un rythme endiablé. Nous sommes bouche-bé devant tant de beauté et de savoir faire. Quelle classe !

Musique de Tango 4

On en est scotché ! le Tango on adore !!!!

J5 – San Telmo, quartier bohème, populaire ou chic.

Nous rejoignons le quartier de San Telmo avec le métro. Arrêt à Intependençia. Puis quelques rues à traverser et nous tombons sur le Mercado de San Telmo quotidien, (entre rue Defensa et Bolivar) de style toscan, avec un atrium en fer forgé et en verre. Le marché date de 1897. Ambiance très animée ce vendredi. Boutiques d’antiquaires, de collectionneurs, de vêtements seconde main et plein de petits stands pour grignoter des tapas, une viande grillée, une assiette de fromage, des crêpes, ou tout simplement prendre un verre.

Et surtout : je trouve du pain, avec la croûte croustillante et bien cuite, chez « Merci », dans le marché. Alleluia !!!!

Petite balade dans les rues  avoisinantes pour repérer quelques exposants artisans, sur la Plaza Dorrego, à l’extérieur. Le dimanche = marché aux puces & exposants d’artistes.

C’est aussi le quartier des spectacles de Tango, comme au petit Bar Sur, lieu emblématique du quartier où l’on peut regarder danser le Tango jusqu’à l’aube. Un homme nous ouvre la porte et nous fait découvrir l’intérieur, resté en l’état depuis des années. Meubles de style viennois, sol en damier noir et blanc, vieille caisse enregistreuse à touches,…

Le soir nous décidons de faire un tour au Roof Top du coin, à l’hôtel Pulitzer, 13 ème étage. Vue panoramique. Mais le bar Sky a été privatisé. Au moment de tourner nos talons, le réceptionniste nous annonce : « vous pouvez vous rendre au bar au sous sol, je vous offre deux boissons ! ». « Génial ! Muchas Gracias ! ». Coupe de Champagne et bière sont commandés. Bon, nous prenons tout de même un cocktail de la collection.

J6-La bonne nouvelle.
Je me réveille avec les premiers rayons de soleil. Je tends mon bras vers le téléphone. Il est 7h30. La nuit ne fut pas spécialement bonne à cause du matelas trop mou et du mauvais sommier. Mais bon, l’endroit est bien placé et de toute façon nous avons réservé jusqu’au 10 décembre.

Je découvre le message d’Estella, un des contacts par annonces laissés par le site Workaway (gîte et couvert offert contre petits boulots).
Le temps d’échanger sur les modalités pratiques (en espagnol) et le rendez-vous est pris dans 4 jours.

Je ne vous en dis pas plus…vous le découvrirai dans le prochain article.

Ensuite nous filons acheter une carte Sim du pays chez Movistar. Deux boutiques ont déjà épuisé leur stock. Les recharges se font en pharmacie ou dans les kiosques à journaux. A payer en liquide (140 pesos/2,25 euros/2GB). Puis direction, Avenida Antardita à Puerto Madero, pour l’achat de nos billets de transport chez Buquebus pour l’Uruguay (3146 pesos/47 euros/pers/aller simple).

J7-Palermo et ses multiples facettes

Certainement un des plus grands quartiers de Buenos Aires. Avec ses multiples facettes : Palermo Soho, Palermo Viejo, Palermo Polo, Palermo Hollywood, Palermo Outlet. Nous avions déjà traversé Palermo Soho et Palermo Hollywood, en J2 et nous avons voulu en connaître plus sur ce quartier très vivant de Buenos Aires.

Palermo Outlet. Nous prenons le métro et descendons à la station Palermo.

Arrêt au Distrito Arcos Premium Outlets, c’est un village des marques.

Cela permet de repérer les marques locales et d’y voir les tendances. Incroyable chaussures hautes, à plateforme ! Les argentines aiment ces chaussures à semelle compensée.

Palermo Polo. En route vers le l’Hipodromo Argentino de Palermo, à quelques pas. Pas de courses aujourd’hui. Une grande scène de musique est plantée au milieu de l’hippodrome. Il s’agit d’un festival auquel nous assisterons de loin quelques minutes.

L’ambiance dans le parc

Parlermo Viejo. Puis le Parque 3 de Febrero. Avec son grand lac, Lagos de Regatas,  navigable, ses pelouses où les argentins aiment se retrouver en couple, entre amis ou en famille, pour un pique nique ou simplement se relaxer au bord de l’eau, allongés sur une serviette ou sur un siège. Il fait particulièrement beau aujourd’hui. 33°. Notre début de semaine avait commencé avec 25°. Mais c’est le printemps/été en Argentine. Les saisons sont inversées par rapport à nous, en France. Nous mesurons notre chance d’être toujours « au soleil ». Bientôt 12 mois !

Salsa-Bachata/ Samedi et Dimanche à 16h30 – Gratuit

Un peu plus loin, un cours de danse de Salsa est donné gratuitement avec un jeune homme très dynamique. Une vingtaine de personnes suivent le rythme. « Ca donne envie de danser » me dit Stéphane, qui s’amuse à suivre le rythme.

Nous regagnons la station de métro Olliros pour nous diriger vers San Telmo (Métro Independenzia). Petit passage à « Merci », pour acheter 3 baguettes au prix d’une (160 pesos = 2, 60 euros). Penser aux fondamentaux !

Danse sur la Plaza Dorrego
Carlos Gardel

Retour sur la Plaza Dorrego pour la démonstration de danse de Tango, qui a lieu tous les dimanches soirs.

Le marché des antiquaires et artisans, à l’extérieur (que le dimanche) est sur le point de remballer. Les stands s’étendent à l’infini des avenues avoisinantes. Ce marché est très couru.

J8- Dernier jour à Buenos Aires

« Chacun fait fait fait ce qui lui plait plaît plaît… » vous vous rappelez de cette chanson ? Chanté par Grégory Ken et Valli.Stéphane connaît les paroles par cœur….

Ou presque…prise de l’assurance pour l’Amérique du Sud pour Fendi, paperasse, comptes, recherche d’un hébergement pour Colonia de Sacramento, en Uruguay. Notre prochaine étape….

Noël se prépare, ici aussi ! Où serons nous ?

Café pris avec Herwig, un autrichien rencontré au théâtre Colon et avec qui nous avons sympathisé et qui nous a donné de bons conseils pour visiter l’Argentine.

Pour conclure….

Buenos Aires est une ville où l’on a aimé vivre. Les premières impressions sont bonnes, nous nous y sommes sentis à l’aise, presque « chez nous », en sécurité, avec ces quelques journées passées dans le quartier de Retiro et la possibilité de rayonner dans les autres quartiers si différents. Les gens y semblent décontractés et près à rendre service, sans pour autant afficher un grand sourire. Certainement une capitale dans laquelle nous aimerions revenir. Le mode baroudeurs est si différent de celui de routards. Plus rats des champs que rats des villes. Pourtant, cette ville de Buenos Aires nous a comblé !

*La monnaie de l’Argentine = Pesos argentin (1 euros = 62 pesos)

A bientôt pour de nouvelles aventures. Pensez à nous laisser un petit mot, une nouvelle ou vos réponses dans les commentaires.

6 réflexions sur “Buenos Aires au rythme du Tango

  1. Claudie Gourdel

    Joyeuses prépa de fêtes de fin d’ année. L’ argentine me tente telle que tu l’ as décrite. Et le tango OH l là là, quelle ensorcellement!
    Bon voyage vers l’ Uruguay, bonjour à votre fidèle Fengy. Plein de bisous et de chalheureux voeux pour cette fin d’ année.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s