Colonia del Sacramento

Colonia Del Sacramento. La plus ancienne ville de l’Uruguay se trouve à 1h de bateau de Buenos Aires. Petite échappée belle pour ceux qui aspirent à un peu de calme et de quiétude, après un séjour dans la tumultueuse capitale argentine.

Certains y viennent une journée d’autres plusieurs jours. Nous y avons séjourné deux jours et en semaine.

Après avoir emprunté l’Atlantic III, bateau express de la compagnie Buquebus*, nous regagnons rapidement notre hébergement Airbnb, situé à 1,5km du Port et 1,2 km du Centro Historico.

Il est près de 14h. Il fait chaud. 32° à l’ombre. Un léger vent souffle et apporte une illusion de mieux être. Nous arrivons à l’emplacement indiqué, désert. Les magasins sont fermés. C’est l’heure de la sieste ! Sacre bleu ! Mais, « Silvana Mariela est partie pour l’enterrement de son oncle », nous précise le voisin d’en face.
-« Ah, et quand revient-elle ? ».
-« Je ne sais pas ! », me répond t-il.
Nous décidons d’attendre dans la chaleur de l’après midi, assis sur les marches de la petite maison. Le mari de Silvana arrive peu de temps après. Homme jovial et bien-portant au large sourire. Il parle l’allemand. Nous pouvons communiquer plus facilement. Nous nous installons dans la toute petite, mais propre chambrette et filons illico vers le Centro Historico de Colonia Del Sacramento.

Centro Historico de Colonia Del Sacramento

Inscrite au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, cette ville fut fondée en 1680 par les portugais, puis reprise par les espagnols, pour être reprise par les portugais, puis à nouveau par les espagnols. Les brésiliens s’en emparent par la suite. Convoitée pour son emplacement stratégique sur le Rio de La Plata, Colonia acquiert son indépendance, avec celle de son pays en 1828.

Que peut-on y voir ?

Nous traversons l’Avenida General Flories,  nous menant sur les bords du Rio de la Plata, le Paseo San Gabriel, entre le Bastion de San Pedro et le Bastion de Santa Rita. Un couple sirote une bière fraîche à l’ombre d’une terrasse. Peu de visiteurs sont visibles à cette heure-ci, de plus est, en début de semaine.

Nous traversons les anciennes ruelles pavées. Regagnons la Plaza Major 25 de Mayo. Grande place prévue à l’époque pour les manœuvres militaires et le commerce de contrebande et des esclaves. Aujourd’hui, arbres, jardins, pelouses, cafés, terrasses et boutiques occupent l’espace.

Plus loin, les Rescate Arqueologico de la Casa del Gobernador, ruines archéologiques de l’ancienne cité portugaise du gouverneur, détruite par les espagnols.

A quelques pas, la Plaza de Armes Manuel Loba et sa fameuse Basilica del Santisimo Sacramento, en face, comme une invite, la belle terrasse colorée du restaurant El Drugstore, où nous décidons de dîner. Certainement par nostalgie, et en souvenir des apéros avec les copains (snif !), nous commandons une assiette de fromage et de la charcuterie (bof !) avec du pain (mou), accompagnée d’une carafe de Clerico. Qu’est ce que le Clérico ? C’est une spécialité uruguayenne, à déguster en apéritif ou en dessert. Un peu comme une Sangria mais avec du vin blanc et des fruits. C’est un classique pour la soirée du nouvel an pour les pays d’Amérique Latine (Recette en bas de page **).

Balade digestive pour admirer le coucher du soleil.

J2-Journée balnéaire

La deuxième journée nous décidons de longer la mer, vers le Nord, en repassant par le centre historique pour un petit déjeuner en terrasse, au soleil et l’achat de quelques fruits pour notre déjeuner pique-nique en bord de mer. C’est la journée la plus chaude depuis que nous sommes arrivés en Amérique du Sud. Près de 37° degrés !!!

Puis balade dans les rues avoisinantes.

Les anciennes constructions de maisons portugaises du 18è siècle sont visibles avec le Museo Portugues. La Calle de Los Suspiros donne un aperçu des premières routes portugaises pavées.

Le Museo Indigena retrace l’histoire de la tribu des Charruas, les 1ers habitants de Colonia, chassés par les portugais.

Direction la plage, le bord de mer.

La plage s’étend sur 5 km. Il fait très chaud. Au niveau de la Oreja de Negro, nous apercevons quelques personnes à l’ombre. Puis deux trucks aménagés d’Overlanders. Un couple de retraités, Dorly et Wolfgang, et une famille avec deux enfants, en camping sauvage. Ce sont des suisses de la région de Zürick. Nous échangeons sur nos différentes destinations. Dorly et Wolfgang voyagent depuis 26 ans sur les routes et pistes de l’Afrique et de l’Amérique. « Il me reste 4 pays d’Afrique à visiter », raconte Wolfgang fièrement. Chaque année, au minimum deux mois en vadrouille, maintenant à la retraite c’est au moins six mois. Un choix de vie. Celui de quitter un bon poste pour un autre saisonnier, permettant de voyager. Peut être nous croiserons nous encore ? Ils ont prévu d’aller à Ushuaïa comme nous.

Les rencontres sont différentes en mode « routards ». Avec Fendi, nous rencontrons bien plus de monde, de voyageurs, de curieux, de locaux,…et sommes aussi plus dans les campagnes que dans les villes. Nous avons hâte de reprendre notre mode de baroudeurs….

Musique dans la Chapelle San Benito 1

Nous nous arrêtons un peu plus loin sur la plage Real San Carlos, pour un instant de baignade. Le soleil commence à taper. L’eau n’est pas transparente. Puis prenons les chemins de travers. Apparaît le rond point de la Plaza del Toros avec ses arènes, de style espagnol,en rénovation. Carlos Gardel s’y est produit.  Puis quelques rue plus loin, sur le retour, la Chapelle de San Benito. Musique en bruit de fond.

Musique dans la Chapelle San Benito 1

« On a l’impression d’être dans les années 60/70 » me dit Stéphane en admirant les voitures anciennes, modèles inconnus ou différents de nos contrées.

Suzanne, thermos sous le bras, tasse avec du Maté à la main

Autre particularité. Des dizaines d’uruguayens se baladent avec thermos et tasse avec une paille métallique à la main, parfois avec un panier ou une gourde pour transporter le tout. Il s’agit du fameux thé Mate, véritable institution dans le pays.

C’est quoi le Maté ? Qui a déjà goûté au Maté ? (vos réponses dans les commentaires ci-dessous).


Le soir, une Pizza est commandée dans un restaurant, sur l’Avenida Artigas, rue commerçante de Colonia. Nous sommes les seuls clients. C’est la saison basse et début de semaine (500 pesos pour 2=12 euros).

Nous avons apprécié la tranquillité de Colonia del Sacramento. Se balader dans ses ruelles avec peu de monde nous a fait du bien après le séjour riche de visites à Buenos Aires (art. précédent) et avant d’aller travailler.

Le lendemain, c’est le départ pour notre Workaway (gïte et couvert offerts contre services) à côté de Cardona. Il s’agit d’une ferme à 1h30 de bus de Colonia (230 pesos/pers = 6 euros).

L’occasion rêvé pour nous de découvrir l’Uruguay de « l’intérieur » et la vie de Gaucho.

Nous nous imaginons déjà galopant au milieu des moutons et vaches, cheveux au vent (hi ! hi !barbichette au vent pour Stéphane).

Mais quelle surprise en arrivant !!!….découvrez le dans notre prochain article.

POUR COMPLETER

Le saviez vous ?

Darwin est passé à Colonia Del Sacramento, en 1833, lors de son Tour du Monde.

Informations pratiques :

-Langue officielle : l’espagnol

Capitale : Montevideo

-Monnaie locale : 1 euros = 42 pesos uruguayen (UYU) au 8 décembre 2019.

Coût de la vie est de –30 % inférieur à la France.

Salaire moyen = 630 euros environ.

1 Nuit d’hôtel ou Air bnb = environ 25 euros/nuit/deux (tarif le moins cher).

1 repas pour deux = 20-25 euros (sans la boisson).

Carte SIM : Movistar = 200 pesos (5 euros = 5 gigas sur 2 semaines).

-* Trois compagnies pour relier Buenos Aires à Colonia De Sacramento : Buquebus, Colonia Express et Seacat. 3 trajets par jour. Environ 45 euros/pers et par trajet (moins cher hors saison ou en hiver).

-**Recette de Clérico :

Clerico

Choisir des fruits frais comme : les fraises, mangues, bananes, kiwi, pommes, poires, ananas, oranges, abricots,…Ce qui compte c’est de choisir des fruits frais, de saison.

Couper les fruits en taille similaire, en cubes. Les placer dans un bocal. Ajouter un peu de sucre. Ajoutez le vin. Mettre au réfrigérateur quelques heures. Rajouter quelques feuilles de menthe pour la décoration et le goût.

Une idée pour vos fêtes à venir, non ?

Nous pensons très fort à vous pendant ces préparations de fêtes de Noël. La famille va nous manquer et…nos chouettes amis que vous êtes.aussi. Prenez soin de vous…

6 réflexions sur “Colonia del Sacramento

  1. Myriam Ghirardello et Pascal Kergal

    Coucou nos Zamis les baroudeurs,
    Nous sommes tellement heureux d’avoir reçu votre carte de Bahia !
    Enfin nous avons de vos nouvelles et enfin nous avons pu rejoindre votre Blog (nous n’avions pas le lien et ne savions comment le récupérer )
    Quel bonheur maintenant de partager votre aventure de rêver au son et à la lumière de votre voyage. Nous voulons Pascal et moi par ce petit mot ,vous rappeler à notre amitié, notre soutien, nos encouragements et vous adresser toutes nos plus belles pensées affectueuses en cette période de Noël.
    C’est avec délice que nous avons parcouru toutes les pages, cocktail d’émotions MERCI à tous les deux; fantastique Mireille, tu es une vraie pro de l’interview et du résumé culturel. Notre pote Stéphane semble lui aussi comme un poisson dans l’eau c’est notre Harisson Ford à nous :), bref vous nous faites un immense plaisir, vos sourires sont nos cadeaux !
    Maintenant que nous sommes là,on ne vous lâche pas !
    Vertou et la Billardière vont vous sembler bien fades quand vous viendrez prendre l’apéro à la maison, alors c’est promis on vous préparera de bons petits plats français avec une bonne bouteille pour vous retenir ; Mais çà c’est quand vous aurez terminé le tour de la boule .
    Tout va bien ici, on vous embrasse très très fort, ,profitez bien , régalez vous !
    Myriam & Pascal

    J'aime

    1. Holà Myriam & Pascal !!! C’est un vrai plaisir et une caresse au coeur que de vous lire, merci les amis. Très heureux d’avoir de vos nouvelles. Vous voilà embarquez avec nous pour nos petites aventures au delà des frontières. Nous vous imaginons dans les préparatifs de Noël. Quel bonheur immense de se retrouver en famille, avec de bons petits plats mijotés. Stéphane (mon Harisson Ford à moi) me dit de vous transmettre : « Gardez bien la bouteille au frais pour notre retour… ». Pour notre réveillon de noël, nous cherchons toujours une famille d’adoption uruguayenne…nous improviserons sinon. Nous vous embrassons très fort et contents de vous savoir avec nous….

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s